Eté 1986.
Après avoir séjourné à Barcelone, Valence et une petite ville loin du béton des côtes, nous franchissons la frontière pour aller jusqu’à Lisbonne. Nous ne devions passer que 2/3 jours. Finalement, nous ne réussirons à nous en défaire que très péniblement au bout d’une semaine. Cette ville nous attire. Les traces de la révolution des œillets sont encore présents à tous les coins de rue, des fados vous sautent dessus au coin d’une petite rue, le soir, à la chaleur ; les petits plats pour rien dans les petits restaurants loin des pas touristiques, la gentillesse des lisboètes, le quartier de l’Alfama que je retrouverais quelques années plus tard, mis en scène par Wim Wenders que j’aime tant sur la voix de la chanteuse Teresa Salgueiro du groupe Madrédeus, voisin de quartier, des chambres avec douche pour rien, son tramway bringbalant, ses montées et descentes, ses rues pavée si caractéristiques, son marché coloré…
Nous finissons toujours par nous retrouver mon ami et moi.
Et cela même en passant des journées chacun de son côté.

J’ai toujours préféré être seul pour faire mes photos.

Cette série est vraiment la première série cohérente et réussie avec quelques photographies que je trouve vraiment très bonnes…

Il m’aura fallu plusieurs années de pratique photographique et de voyages non pour faire « une » bonne photographie, mais pour trouver une première écriture qui ne cache pas ses origines et soit en même temps personnelle et aboutisse enfin à une série cohérente.
Il aura fallu que je parte à la rencontre du sud, de Barcelone, de Lisbonne, de Grenade et d’autres encore…

Share →

Laisser un commentaire